Réagir (2)EnvoyeriCalPartager

samedi 26 mai 2018 à 14h

Marée populaire le samedi 26 mai à Toulouse !

Dans le cadre de l'appel national unitaire, à Toulouse aussi il y aura une marée populaire contre les réformes Macron, pour l'égalité, la justice sociale et la solidarité !

C'est le samedi 26 mai à 14h place jeanne d'arc, venez, partagez, invitez à l'évènement ! On se rassemble et on part en manif" !

Les signataires et l'appel local seront publiés dans les jours qui viennent.

Evenement facebook : https://www.facebook.com/events/1868600752811…

Lien : https://toulouse.demosphere.eu/rv/17429
Source : https://www.facebook.com/events/1868600752811…
Source : message reçu le 12 mai 02h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Le sempiternel défaistisme " misengardiste "

Par Anonyme, le 25/05/2018 à 13:58

je comprends (enfin je pense) le défaitisme " misengardiste ", car oui, tant de "trahisons" de la part des élus ces dernières décennies (je mets des guillemets car très rares sont ceux qui m'ont réellement surpris)...

Mais la division et l'archi-division des " travailleurs de la base " fait le jeu... du capital justement, autrement dit des puissances de l'argent et de la majorité des élus (qui la servent en effet).

remplacer Macron par qui que ce soit d’autre ne mettra pas fin au pouvoir de l’argent

Par coincoin, le 22/05/2018 à 21:04

De Mélenchon, ancien ministre de Jospin, à Hamon, ancien ministre de Hollande, ceux qui veulent aujourd'hui nous vendre une nouvelle alternative politique « de gauche » ont activement contribué à la politique antiouvrière des gouvernements auxquels ils ont participé. Demain, ils ne seront pas plus du côté du monde du travail. Une fois au gouvernement, ils dérouleraient le tapis rouge à la bourgeoisie.

Car le véritable pouvoir dans notre société est celui du grand capital, de la classe capitaliste qui le monopolise. Pour s'en prendre à ceux-là, les travailleurs ne peuvent pas confier à nouveau leur sort à un politicien, même la bouche pleine de phrases dures aux puissants, en espérant qu'il prendra leur sort en compte !

Il faut être nombreux dans la rue le 26 mai, pour manifester contre la politique de Macron au service des plus riches. Cette énième union de la gauche, qu'on nous présente comme la seule alternative pour les travailleurs, n'en est pas une.

Oui, il faut un débouché politique aux luttes des travailleurs. Mais pour défendre nos intérêts matériels et politiques, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes. Ceux qui militent dans le camp des travailleurs doivent retrouver les idées et le langage de la lutte de classe. Car, remplacer Macron par qui que ce soit d'autre ne mettra pas fin au pouvoir de l'argent de la classe capitaliste. C'est le monde du travail, conscient de sa force et organisé pour défendre ses intérêts politiques qui en a le pouvoir !