Réagir (1)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mercredi 25 avril 2018 à 20h30

Soirée débat "Effondrement sociétal"

Animation dynamique et réflexions partagées autour de l'avenir de notre société.

De plus de plus de scientifiques, politiques, militants... évoquent la possibilité d'un effondrement (modification majeure, rapide et irréversible de nos sociétés)
Faut-il repenser nos alternatives ?
Quelle articulation entre effondrement et résilience ?
Comment se projeter vers l'avenir sans catastrophisme ?

Noé, Marc et Valérie, membres des Amis de la Terre Nord Béarn, réalisent un voyage à vélo de 2 mois à travers la France.
En plus de leur envie de faire un voyage à vélo en famille, leur objectif est de participer à une réflexion collective sur cette notion d'effondrement et d'alimenter d'autres sujets de réflexion: la transition écologique et sociale, la transition intérieure et la notion de résilience.

Nous les accueillons avec grand plaisir et vous invitons à venir échanger et débattre avec eux.

Entrée libre.

Soirée co-organisée par les Amis de la Terre Midi-Pyrénées, les Amis du Monde Diplomatique, Toulouse en transition et Alternatiba Toulouse.

Lien : https://toulouse.demosphere.eu/rv/17190
Source : http://amisdelaterremp.fr/spip.php?article694
Source : message reçu le 8 avril 16h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

catastrophisme : une propagande au service des 1%

Par coincoin, le 09/04/2018 à 23:28

"De plus de plus de scientifiques, politiques, militants... évoquent la possibilité d'un effondrement (modification majeure, rapide et irréversible de nos sociétés)"

Ils tiennent ce discours car ce sont de fervents défenseurs des intérêts bourgeois, et préfèrent que les militants se préparent à subir plutôt qu'à changer la donne.

Si vous souhaitez relire "catastrophisme, administration du desastre et soumission durable" de René Riesel et Jaime Semprun, vous comprendrez le discours de ceux qui racontent "pas la peine de tuer le capitalisme puisqu'il va y avoir une catastrophe". Ce sont les défenseurs de l'ordre social établi.

Les prolétaires réellement anticaptitalistes ont un autre discours à propos de l'écologie : "si les bourgeois continuent de massacrer notre planete, il va y avoir une catastrophe".

S'ancrer dans le fatalisme (décréter qu'il va un jour y avoir un effondrement par miracle), c'est refuser de croire que nous pouvons inverser l'avenir qui nous est réservé par le capitalisme.

Aucun système économique, aucune civilisation, aucune idéologie ne s'est éteinte sans un coup de pouce de personnes qui croyaient à d'autres idées.