Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

lundi 5 mars 2018 à 18h30

Lancement de la 4ème édition de Ciné-Palestine Toulouse Occitanie

En présence du président d'honneur, Guy Chapouillié.

projection du film "Ave Maria" -

du réalisateur palestinien Basil Khalil

Document au format PDF:

Dans le désert cisjordanien, la routine silencieuse de cinq nonnes est perturbée par l'arrivée d'une famille de colons israéliens dont la voiture a percuté le mur du couvent. Une comédie particulièrement hilarante !

En présence du Président d'honneur, Guy Chapouillie

****************

Editorial

Le temps des miracles.

Personne ne l'ignore, la Palestine est terre de miracles : des trompettes de Jéricho qui font tomber des murailles au prophète Mohammad monté au ciel sur une jument ailée en passant par Jésus qui marche sur l'eau… Sans oublier tous ces miracles au quotidien qui n'ont pas empêché un peuple vivant dans des conditions extrêmement difficiles depuis 70 ans d'avoir survécu et grandi dans le domaine des arts et en particulier du cinéma.

Annemarie Jacir, l'une des plus talentueuses cinéastes palestiniennes, le dit et le répète - et elle sait de quoi elle parle : « Chaque film palestinien qui se tourne est un miracle. »

Alors en 2018, ce n'est pas un mais une vingtaine de « miracles » que Ciné-Palestine Toulouse Occitanie offrira au public lors de sa 4e édition qui se déroulera du 5 au 13 mars , à Toulouse et dans plusieurs autres villes.

Guy Chapouillie, professeur émérite et cinéaste, en sera le président d'honneur. Au programme, une trentaine de projections, vingt films - fictions, documentaires et courts métrages, seize invités, dont douze Palestiniens - réalisateurs, critique de cinéma, journalistes - dont Lema Salem, professeur auteure d'une étude sur les femmes cinéastes palestiniennes ou encore Khadijeh Habashneh, responsable des archives du cinéma palestinien…

L'invité d'honneur, Elia Suleiman, faiseur de miracles avec son film Intervention divine (Prix du jury à Cannes en 2003) sera présent à la Cinémathèque avec 2 autres de ses films : Chronique d'une disparition et Le temps qu'il reste.

Miracle encore que cet enfant de 9 ans - Ramzi Aburedwan - enfant de la première intifada, qui a grandi et a survécu grâce au violon. Il a créé l'école de musique Al Kamandjati à Ramallah, aujourd'hui les enfants y apprennent la résistance par la musique et la beauté. C'est ce qu'évoque le film Just Play (Jouez c'est tout).

Et cet autre miracle, celui de la broderie traditionnelle qui, pour les Palestiniens, est la trame même de leur terre : La Palestine, de fil en aiguille de Carol Mansour, qui nous le présentera.

De nombreux autres films, courts et longs, fictions et documentaires explorent les mille façons de vivre de la Palestine - en exil ou dans le pays et aussi en exil dans le pays - avec les deux films d'Annemarie Jacir, Le sel de la mer et Wajib (L'invitation au mariage) mais aussi Le Dîner de Maïs Darwazeh, À la rencontre d'un pays perdu de Maryse Gargour ou bien d'autres encore.

Enfin un film fort, dur, incontournable pour chasser les fantômes, ceux de la prison et de la torture, Ghost Hunting, de Raed Andoni (Ours d'or à Berlin en 2017) qui sera parmi nous pour parler de son film.

Pour accompagner ces séances, de la musique, une exposition de photographies, des robes brodées, de la musique, de la littérature et bien d'autres petits et grands miracles !

Nous vous attendons toujours plus nombreux !

Entrée libre et gratuite

Lien : https://toulouse.demosphere.eu/rv/16832
Source : http://cinepalestine.free.fr
Source : message reçu le 5 février 18h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.