Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

jeudi 8 juin 2017 à 9h

Ciné-débat: Dans le secret du burn out + rencontre avec le réalisateur

Tarif : 4 euros

Deux rencontres exceptionnelles avec le réalisateur, journaliste et écrivain Jacques Cotta. Mercredi 7 juin à 20h30 Dans le secret du crime financier et Jeudi 8 juin à 9h30 Dans le secret du burn out

(achetez vos places à partir du 27 mai).

Jacques Cotta et Pascal Martin - documentaire France 2015 52mn -

Khaled est entré à la SNCF par conviction et par fierté de s'accomplir dans le service public. Tout a basculé le jour où il est devenu l'outil de la direction pour appliquer la réforme du rail, guidée par la déréglementation européenne. Mais ses collègues n'en veulent pas et Khaled, devient le point de crispation : Intimidations, abandon de sa direction, cumul des pressions… il craque, coincé entre les désirs de rentabilité de ses chefs et son éthique. À la formule « burn-out » (épuisement professionnel), devenue un mal du siècle et non reconnue comme maladie professionnelle, sont associés les noms de Renault, La Poste ou France Télécom.

« Il faut faire du chiffre, loin des valeurs pour lesquelles ces salariés se sont engagés », souligne Christophe Dejours, psychanalyste qui s'est intéressé à la « souffrance éthique » au travail. Et le premier symptôme, bien souvent, s'exprime par un sentiment de solitude. « La cohésion se base sur la santé mentale des membres. Et le néolibéralisme déteste le collectif et la coopération. Il lutte contre cela », ajoute-t-il encore. L'hôpital public, pour Hervé, ex-salarié à Saint-Nazaire et victime d'un burn-out, se calque sur le modèle économique des cliniques privées en infligeant le même « retour sur investissement ». « C'est le travail qui m'a fait tomber. Parce que je m'étais investi », relève Hervé. Après coup, beaucoup expriment une culpabilité, celle par exemple d'avoir abandonné leurs élèves, selon deux enseignantes : « L'instruction mécanique fait perdre le sens de la vocation » explique Céline. Et là où Jacques Cotta nous réjouit, c'est quand il interviewe le DRH de l'Hôpital de Toulouse, où Élisabeth, médecin, a vécu le même traumatisme. Mais son interlocuteur nie que les suppressions de postes et le management entrent dans les causes de son burn-out…

Lien : https://toulouse.demosphere.eu/rv/15416
Source : http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index....
Source : message reçu le 12 mai 20h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.